La Compétition

CR Soirée équipe : Center 7 / Gières 1 du 23/03/2018

Pas loin, essaies encore

Center 7 est atteint d’une maladie mystérieuse que l’on appelle la « viellerie ». Les joueurs tombent comme des mouches, un mollet par-ci, un ménisque par-là, on attend la fin de saison avec impatience.
La dernière rencontre contre Gières vendredi dernier fût symptomatique et révélatrice : les vieux vieillissent.
Sur le papier, on pouvait, on devait ramener 2 points. Mais le sort s’acharne et c’est sur un nul perdant que l’on allait se coucher chacun dans son coin.
C’est triste non ?
C’est dans un club vide que le match se jouait, rendant l’echo du bruit de la balle encore plus perceptible. Pas de pom pom girl ni de spectateur hirsute, seulement 8 joueurs en short regardant une vitre.
Oh la la, oui, c’est triste.
Flo lançait les hostilités en position 1. Une revanche à prendre contre Gaude. Match serré et à 2 partout, on sentait qu’il y avait moyen de passer. Le mollet a lâché à 0/4 dans le cinquième jeu. Point positif, Flo a su garder son calme malgré une attitude un peu provocatrice de son adversaire.
Tristesse, quand tu nous tient…
Phil  enchaînait en position 3. Les points ont défilé à une vitesse lumière. Entre un Desprès qui rentrait tout et un Phil en manque d’explosivité, l’espoir fût de courte durée. 3 zéro sans coup fait rire.
Je crois que je vais me mettre à pleurer.
Je rentrais déterminé à rompre cette spirale négative en position 2 L’histoire fût brève, je ne me souviens même plus du match. Je sais seulement que j’ai vraiment eu de la chatte pendant 33 points, enfin, c’est ce que m’a raconté Spinello. Alors que lui il a vraiment pas eu de bol. Oui faut quand même pas de bol pour ne marquer que 4/4/8.
Même les victoires sont tristes.
Jeff et Jeff en 4. D’habitude, Jeff, ou plutôt Jeffouille pour pas confondre, s’en sort sans soucis. Mais là, ce n’était pas comme d’habitude. En plus, Jeff, l’autre Jeff, pas Jeffouille, a sorti un gros match. C’est à l’arrache que Jeff, enfin, Jeffouille, pas l’autre Jeff, prenait le match en 5.
La calcullète rendit son verdict, triste verdict, donnant Gières gagnant à 143 contre 141.
Le bourguignon et la bière nous redonnèrent du beaume au coeur et les sourires réapparurent, les propos salaces fusaient, la chaleureuse unité de l’équipe semblait évidente, me confirmant ce que j’ai toujours pensé en mon fort intérieur, je sais que je ne viens pas le vendredi soir uniquement pour le squash.
Des bises
Cap’Philou

CR Center 7H (R2) : 9 mars 2018

CHASSE PATATE ?

C’est devant une mousse après l’entraînement que notre capitaine déclara de manière impétueuse : il faut gagner !!

Ok boss, no problemo, c’est comme si s’était fait !!

Car l’occase se présentait vraiment bien (bordel !) L’occasion de recoller enfin au peloton de tête et de ne pas finir comme au vélo en chasse patate…

Notre Florent national déclara que le plus mauvais d’entre nous se taperait le compte-rendu et une tournée…la proposition ne fut votée par personne à la majorité, puis validée !! Aucune méfiance ne vint titiller mon esprit

C’est contre Échirolles que la lutte devait avoir lieu…nouveau derby s’il en est avec comme presse locale pour couvrir l’événement en direct sur Whatsapp, la famille Balbo !!

C’est donc du boulot que je pu suivre la rencontre entre Florent et Martin…le premier jeu fut remporté par Florent, c’était de bonne augure, mais hélas se tenant de très près, le score vira en sa défaveur : défaite 3/1, dommage, dommage donc..

Monsieur Propre qui est un peu moins propre cette année rencontra Laurent et voulais avant toute chose retrouver son éclat d’antan…mission accomplie, c’est dans le cinquième jeu qu’il nettoya son adversaire sans faire trop de tâches !

A un partout nous étions toujours dans la course pour la victoire…hélas, trois fois hélas…notre Titi contre Fabrice ne fut que l’ombre de lui-même…il était encore dans ses bouchons à Genève, il ne se réveilla que trop tard dans le troisième. 3/0 donc.

Enfin mon adversaire Baptiste ( ex international de hockey ) me joua en mode express !! A part avoir larguer une bonne caisse sur le terrain, histoire de l’importuner, ma résistance s’arrêta là . Ça allait vite, trop vite. En regardant les balles fusées à droite, à gauche, j’eu le souvenir d’un match à Corbas , entre yo et un ex international de bad…c’était du même acabit…

Défaite donc 3/1 contre Échirolles, on reste dans le ventre mou du classement. Les bières feront le reste…

Ah oui au fait, j’oubliais !! Merci à la presse locale pour avoir couvert l’événement et merci à Florent pour sa tournée (même si je l’ai un peu poussé bien sûr) avec le compte-rendu à faire, il me devait bien ça le bougre .

Jeffouille

CR Center 1H (N3) : 3ème jounée / 10 mars 2018

Bilan de cette 3ème journée à domicile: un match nul gagnant contre Montpellier et une victoire contre Toulouse.
 
Nous ne pouvions pas espérer mieux!! C’est déjà même un miracle vue l’équipe de Montpellier qui a débarqué avec l’artillerie lourde. A croire qu’ils avaient peur d’une vraie équipe de club !!
 
  • Première Rencontre: Match nul gagnant contre Montpellier (avec le N°7, le N°10 et le N°45 français…). Rien à dire de plus… mais bel exploit 😉
 
  • Deuxième rencontre contre Toulouse bien plus abordable: Victoire 3-1 avec une vraie ambiance de N3.
Bon ok le looser c’est encore moi (je suis à 0% cette année mais j’ai ouïe dire que je n’étais pas le seul donc pour l’instant tout va bien 😉 )
 
 

Félicitations à toute l’équipe pour ces 5 points pris. L’Ambiance a été top toute la journée jusqu’au resto le soir.

Au classement on reste 2ème:

Nous avons donc toutes les cartes en main pour nous qualifier pour les play-off (seuls les 2 premiers passent).
il « suffira » de gagner nos 2 dernières rencontres à Istres le 7 avril contre sur le papier des équipes plus faibles (les 2 dernières du classement) mais qui joueront leur survie donc rien n’est fait et tout peut encore arriver. Mais faire les play-offs serait une belle « fin d’histoire » après toutes ces années en tant que capitaine de cette équipe et pour peut être (avec regrets) les derniers matchs du Kid de San-Savaldor pour Center !!

Rendez vous le 7 avril,

Captain’ Manu

CR Soirée équipe : Center 7 / Crolles 1 du 23/02/2018

Alors que le championnat de R2 s’étire, nos forces vives lâchent les unes après les autres. Pour la réception de Crolles1,  Captain Yoda a  dû faire les fonds de tiroir pour récupérer un 4ème joueur disponible et valide… et bon pour rester quand même fidèle au niveau général des membres de Center7. Et comme un enfant retrouvant sa fameuse crotte de nez collée depuis 3 semaines sur le côté du meuble et oubliée depuis, il était fier d’aligner à nouveau sur la feuille de match sa pépite fringante: lui, l’Auvergnat. En effet, c’est l’ Grand Seb qui est venu dépanner et retrouver finalement SON équipe comme il le porte fièrement sur notre maillot. Conséquence directe: la moyenne d’âge des 8 joueurs de la rencontre a chuté de 10 ans! Mais heureusement il n’y a eu aucune incidence sur le niveau intellectuel de la soirée preuve que Seb est tout à fait à sa place en R2!

Dans le premier match du soir, Titi Bouyoud retrouvait Yves Lapray, ou plutôt Verve Daprès, son sosie malade et à bout de souffle, plus motivé par le papotage devant la pompe que par la petite balle noire. En jambes, notre canari volant enchaîna les 3 jeux: 11/5, 11/4, 11/7 sans véritable doute. 

Du coup, Grand Seb se retrouva rapidement sur le parquet face à Seb Lasserre. Son poignet magique claqua les 2 premiers 11/1, 11/4 et on pensa à 10/7 pour lui dans le troisième que la soirée était déjà pliée. Mais le Crollois serra la vis pour retrouver de la précision et renverser le 3ème, 10/12. Il fallut donc une nouvelle accélération du Grand pour l’emporter 11/6, et 3/1.

Les 2 entrèrent sur le cours: Nico/vs/ »Yoss » Ben Fadhel. Plus dynamique et plus puissant, le visiteur était au-dessus ce soir-là et c’est seulement au prix d’un bon tour de rein que le local gagna un jeu salvateur pour jouer au pire le match nul gagnant … et profiter de réveils douloureux les matins suivants.  

C’est donc un Yoyo sans pression sportive (car la binouze du comptoir avait déjà coulé, elle!) qui devait conclure la rencontre contre Stéph Platel. Et c’est à peine entré qu’il ressortit TRES frustré de sa qualité de jeu avec un sévère 5/11, 5/11, 4/11 dans la musette. On dira pour positiver qu’il « a pris les points nécessaires pour sceller la victoire au match nul », 7 jeux partout, mais 123 à 116. 

 

Nico

10 mars : Journée équipe R1F/N3H à Squash Center

Événement

Samedi 10 mars, le club Squash Center, accueille :

  • pour le compte du championnat par équipes de Régionale 1, les équipes féminines ANNECY 1, ANNEMASSE 1, IKEBANA 2
    et l’équipe maison ACS SQUASH CENTER 1 emmenée par Audrey LE-CLERCQ.
  • pour le compte du championnat par équipes de Nationale 3, les équipes masculines MONTPELLIER 5R, TOULOUSE GHOSTER et
    l’équipe maison ACS SQUASH CENTER 1 emmenée par Manu CAMUS.

Début des matchs à 10h. Çà va transpirer sec !!!

Venez nombreux pour les encourager, les réconforter, les acclamer ou…les houspiller !!!

 

Championnats de France Vétéran par équipes

Après un championnat de ligue quelque peu compliqué où une 5ème place ne nous laissait guère envisager une participation aux championnats de France, un seul désistement fut fort heureusement  suffisant pour nous projeter sur les terres d’Anne de Bretagne. La Bretagne !!! Pas la région Bretagne mais la Bretagne tout de même. Son climat si singulier.  Pour l’honorer, ce cher E. Baer écrivait : « La Bretagne, où quand la pluie est une caresse et le soleil…une promesse ».  Tout est dit.
L’annonce tardive de cet atlantique repêchage nous laissait cependant peu de choix, ni sur le moyen de transport à adopter – la voiture –, ni sur l’hébergement à réserver – l’hôtel IBIS Bugdet, chambre avec vue sur le Dorcel Shop local -.

Ces lointaines manifestations sportives sont toujours l’occasion de découvrir la France et de faire un peu de tourisme (pour rester modeste, je dois avouer que c’est la 2ème ou 3ème fois, tout au plus, que je sors de notre belle région pour taper nationalement la balle). Aussi avions nous décidé de partir tôt, très tôt, ce jeudi 1 février, afin de nous octroyer un supplément de temps libre dans les bras de cette chère Anne (un peu comme Jeanne, la chanteuse,  il faut d’ailleurs noter (9/10 en ce qui me concerne), sans intention aucune de faire à nouveau mention au DorXXXcel Shop situé de l’autre côté de la rue, qu’Anne est effectivement dans Jeanne, la langue française est délicieuse, n’est-elle pas ?) et également dans le lit de sa chère Loire. Lyon, Clermont-Ferrand, Bourges, Vierzon, Tours (certainement l’une des grandes capitales – trop méconnue ? – de la gastronomie Française grâce à sa fameuse rillette – bien supérieure à la sarthoise, ce qui est certainement vrai car l’information m’a été directement donnée lors de la légendaire soirée de clôture des championnats par un gars de l’équipe de…ah comment, quelle équipe déjà…mmmm…ah oui…de Tours – et son sainte maure, un fromage de chèvre en forme de bûche au centre de laquelle et – tour de force – dans le sens de la longueur, on trouve une paille de seigle – on ne rigole pas trop avec les AOC ou IGP, il faut être assez précis, sinon la contrefaçon chinoise inonde rapidement le marché et ce serait dommage car la fabrication/usinage de cette paille et la délicate insertion d’icelle dans la le chèvre donnerait du travail à une bonne moitié de la ville – cette information est néanmoins à prendre avec des pincettes, et de préférence pas celles utilisées pour la pénétration chevrière. En tout cas je me souviens d’avoir entendu et j’en mettrais ma…pas grand-chose au feu, que cette activité très spécialisée est une véritable manne pour l’emploi-), Angers, et…enfin au bout du bout et ce n’est pas trop tôt, Nantes.


De cette dernière, nous arpenterons les rues et cours de son centre, les quais de son île mécanico-éléphantesque ornés d’anneaux de Buren (non je n’ai pas inversé le n final avec le e, je savais que je n’aurais pas dû sus mentionner le pornographe), les cafés et crêperie et c’est merveilleux car c’est jeudi soir et le jeudi soir on y mange la galette saucisse de M. Trillard (non, non pas Triquard ; Trillard j’ai vérifié). La compétition a ses exigences, j’en ai pris deux fois.

 

« Repu de ce surplus, dormir il faut, demain batailler il faudra ». dixit Vercingétorix ou Napoléon, je ne me souviens plus, je les confonds toujours. Peut-être moi, dans un jour de forte fièvre.

La compétition ne démarrant que l’après-midi de ce vendredi, le matin fut mis à contribution pour une respiration océane du côté de Pornic. Ma première surprise réside non pas dans la présence de réséda mais bien dans la présence de nombreux mimosas. Je croyais fort injustement que cette espèce ne peuplait que le sud de la France, côté azur. Me voilà rassuré, d’autres peuplades de notre beau pays ont loisir à humer ces minuscules et lumineuses boules odorantes.  La seconde surprise, plus mauvaise, mais était-ce vraiment une surprise, tient dans la liesse hivernale propre aux stations balnéaires ventées où le soleil quand il se montre n’a plus qu’un seul rayon en magasin. Va, dans ces conditions, trouver un bistrot pour boire un thé, café ou ce que tu veux de chaud, histoire de redonner à ton corps et à ton visage une certaine souplesse. Plutôt pugnaces de nature (des heures passées sur un court de squash t’octroient de fait ce caractère), nous, après une longue balade qui tantôt prenait l’allure d’une pêche à pieds tantôt une découverte – façon Stéphane Plazza – des biens immobiliers à forte valeur ajoutée, trouvons en contrebas de la route, à proximité du port (vas-y balance ton homme à la mer!!!), un café dont la porte est entrouverte. L’occasion est belle, certainement unique, Franck y glisse son pied et nous en profitons pour entrer. Le propriétaire des lieux un peu étonné de notre témérité accepte de nous servir des boissons chaudes non sans nous avoir expliqué au préalable qu’il avait oublié de fermer la porte du gentil délit avant de quitter les lieux, la veille, puisque que les lieux il ne les quitte que rarement car il y habite. L’homme s’avère être fort sympathique, nous discutons un temps, il nous informe que sa fille est infirmière à Grenoble et…à l’écouter, dieu que Grenoble est une ville dangereuse !!! Quelques brioches, gâteau nantais, couilles-à-man ou plutôt couilles-amenezanencore il nous faut de l’énergie de la vraie de la nature du circuit court et de la locale, un truc à déclencher une réaction en chaîne musculaire et te propulser hors du T plus vite qu’un égyptien. C’est donc plein d’espoir et les jambes en feu que nous regagnons Nantes via le pont de St Nazaire enjambant (et quelle enjambée) l’estuaire de la Loire.

Nous gagnons la maison du Squash située à Sautron, bourgade attenante à Nantes. La maison du squash est une espèce de hangar ; vu de l’extérieur tu pries pour que l’intérieur en soit la copie inverse. L’intérieur est…ressemble…à un club de squash. D’un des côtés longs du hangar, s’alignent 7 somptueux courts, tous identiques, tous flambant neufs. De l’autre côté – tout aussi long -, un module vestiaire, un module cuisine/bar, un espace vente de matériel, un espace restauration et enfin un espace dévolu aux juges arbitres et des recoins repose-sacs aux oriflammes des différentes ligues.

Dans la catégorie des vétérans séniles, notre catégorie, le tableau est complet, 24 équipes. Le poids ne notre équipe nous têtesérise à la 13ème place. Il nous faut accepter le pré-tour. Nous l’acceptons. Nous le gagnons 3/0. Nous nous projetons rapidement sur le tour suivant après nous être projetés bien plus rapidement encore sur une bière aux accents allemands mais néanmoins douce au palais.  Le tour suivant nous emmène affronter ni plus ni moins que Vercingétorix, champion en titre et plus récemment champion de notre ligue AURA. Mais voilà, pour Franck, Claire et moi, c’est jour de forte fièvre et ces jours-là, nous lui faisons bouffer ses nattes à Vercingétorix. 2/1. Claire, jouant en dernier, feint une inévitable défaite pour garder de bons contacts avec Aydat. Vercingétorix défait, la cervoise – quand il l’accepte – a du mal à étancher sa soif si ce n’est celle d’une future revanche. La victoire nous octroie une matinée supplémentaire à Nantes car les 1/4 de finales ne débutent que le samedi après-midi.

Il pleut sur Nantes. Rien d’anormal je vous rassure. C’est le week-end des folles journées. Pas le temps pour autant d’aller écouter stradivarius et ses compères. Nous échouons au marché de Talensac, aréopage d’araignées de mer géantes tergiversant pour une fuite orchestrée bâbord ou tribord, festnoz de bigorneaux, bagad’huîtres…
Il pleut sur Nantes. Nous retournons sur Sautron. Il pleut sur Sautron.

1/4 de finale  contre Toulon. Franck se frotte sérieusement à Croin mais perd 3/1 après une lutte acharnée. Claire a du mal à trouver son jeu  et s’incline, et miraculeusement je fais la perf’ du jour en gagnant 3/2 contre un 3C. Défaite 3/1. S’offre à nous le tableau 5/8. Et quelques heures plus tard, nous prenons la direction (3/0) des places 7/8.

Dimanche matin. Nous sommes tous les 3 présents, pour ce dernier rendez-vous du week-end, pour affronter VRTS, la même équipe, l’équipe contre laquelle nous avions clôturé nos championnats de France lors de l’édition précédente. Nous avions gagné 2/1, nous avons gagné 2/1 (Franck qui aime finir en beauté et Claire qui a définitivement retrouvé son squash): l’histoire se répète parfois et c’est tant mieux.

Nous terminons sur la 7ème marche de ce grand podium et nous sommes contents.

Nous pensons au retour et pendant le retour nous pensons en arrière, et c’est cool, à l’arrière comme à l’avant, la route s’écoule tranquillement.

Serge

CR Soirée équipe : Valence 3 / Center 7 du 09/02/2018

Le 19h30 pour Valence

Ce n’est pas à bord du Thalys mais de la 5008 de M. Propre que 4 potes devaient se rendre à Valence avec comme objectif de ne pas perdre…drôle d’objectif que celui de ne pas perdre. Drôle d’horaire également pour débuter un match à 20h00 quand il y a une heure de route…d’autant qu’on doit ramasser un adversaire à la sortie des toilettes de l’autoroute à 19h45. Un adversaire dont on sait qu’il va éliminer Flo aussi rapidement qu’un tir d’AK47. D’autant que le type à une correspondance Blablacar à 21h40 pour Avignon… Il n’a pas le temps de traîner, il veut déjà décaler l’ordre des matchs.

Mais ça c’était sans compter sur la ponctualité de EQ-917-…, dit Yoyo.
19h23. Flo, surnommé Flo par manque d’imagination, arrive au club et on rejoint M. Propre sur le parking pour attendre le Yo qui, comme le Thalys ou la SNCF ne sait pas ce qu’est la ponctualité.
19h33. Coincé à Sassenage dans des pseudos bouchons, on intime l’ordre à Yo de rejoindre Tom dans les toilettes de Total pour le désarmer et on décolle pour récupérer les 2 piétons.

Une tactique se met en place. Flo, sûr et confiant de son jeu, connait l’issue de son match : 0-3 !
Se dessine alors plusieurs plans :
– On ne récupère pas le Tom, prétextant l’avoir oublié.
– On l’installe entre 2 gros à l’arrière pour l’empêcher de respirer. Pas possible, pas de gros dans la voiture.
– On l’attache à une corde derrière la voiture. 100 km ça lui fera un bon échauffement et comme la limitation est passée à 80km/h, ça ne sera pas trop dur.
– On le dépose à 10 km du club.
Devant notre indécision, on s’est à peine rendu compte qu’on l’avait déjà récupéré et qu’on parle de nos plans devant lui. Il n’est pas trop d’accord et fini même par nous convaincre de jouer le 1er match en chamboulant l’ordre institué « 4.1.2.3 », en « 1 et après j’m’en fous », pour nous quitter dès 20h52 après son match victorieux débuté à 20h47. Son Blablacar n’attendra pas… lui !!!

20h40. Arrivée à Valence. Serge nous attend, une bière à la main… A moins que ce ne soit la bière qui nous attende, Serge à la main… Le temps de dire bonjour, de constater que l’âge moyen de leur équipe a la moitié de la nôtre, Tom est sur le court. Flo est froid, pas encore changé. Il a le temps de glisser un mot sur la tactique :
« Je vais faire ce que je peux, Loïc, prend le plus de point que tu peux, c’est un 3D tu vas te faire éclater, Phil et Yo vous devez gagner 3-0 coûte que coûte ». Lavigne n’aurait pas dit mieux à l’équipe de France.
20h52. Ils sont prêts, avec un peu en retard sur le planning du Tom. Flo ne le sait pas encore mais le match a débuté sans lui, il est toujours froid… 2-11. Un excellent coaching, la copine du Keke qui lui caresse les litchis et il prend le 2ème 11-7. Le froid reprend le dessus, le Flo n’arrive pas à faire face, c’est quand même un 3B merde… il perd pied et s’effondre, 11-7 ; 11-4.
21h16. Yo entre en scène. Problème de chauffe également, il laisse passer le 1er jeu, il joue trop court. On lui donne un petit mot d’encouragement à la pause : « Tape dans l’fond, j’suis pas ta mère… ». Ça va tout de suite mieux, il prend les 2 suivants avant de craquer dans le 4ème. Une belle bataille pour le gain du match qu’il remporte dans la douleur, 3 jeux à 2. Un match partout, rien n’est perdu, bien que le plan de Flo commence à sentir le moisi.
22h13. Les gars ayant confiance en moi, persuadés que la tournée serait pour moi, c’est sans crainte que j’entre sur le court face à un gosse de 25 ans et 30 kilos que moins que moi, en pleine force de l’âge… 2 ou 3 volées nickées, quelques amorties raz de tin, aucune chance mais uniquement le métier et l’expérience m’amène tranquillement à 10-5 et 5 balles de jeu pour moi dans le premier. Un pas en arrière pour gérer tout ça… 12-10 pour lui. A ben merde alors ! Dans le second, je sauve une balle de jeu, j’ai une balle de jeu, je sauve une balle de jeu, je perds le jeu… 14-12. A ben re-merde alors !
3ème jeu, cette fois c’est pour moi. Je suis cuit, j’ai mal partout, fais chier la jeunesse… 11-8. Perdu 3-0. J’ai rempli la mission commandée par le Flo, mais que de regrets et merde quand même.
22h53. Pas grave, M. Propre va nous ramener le point du nul perdant, sauf s’il gagne 4-0 alors ce sera le nul gagnant ! La bataille s’engage, l’adversaire ne lâche rien et ramène tout. Phil ne trouve pas de solution, ses coups ne rentrent pas. 6-11. Le 2ème est un peu mieux mais Phil ne trouve toujours pas la solution, 8-11. Dans le 3ème il court après le score, 1-4 ; 4-6 ; 5-7, passe devant, bénéficie de 2 balles de jeu.  On sent le nul revenir, mais c’est finalement Phil qui repart et lâche le match 10-12.

23h19. Phil raque le kikipaiesoncoup, j’ai bien fait de me bouger le fion… WhatsApp est en perte de vitesse, Center7 aussi. Merde on a oublié la photo pour captain Yoda. En même temps vu le nombre de supporters qui ont suivi les résumés est-ce qu’il la mérite ?… Allez pour le Nico qui n’a pas WhatsApp on va la faire quand même.
3 points de perdu, les play-offs qui n’ont jamais été tout près s’éloignent un peu plus, comme notre jeunesse. La bière était bonne, la bouffe aussi. Pour ceux qui n’aime pas la mousse au chocolat, y a de la crème brûlée… Suffisait de demander.

01h17. On lève le camp, on redépose le Yo dans ses toilettes et chacun chez soi… La prochaine fois on sera meilleurs !

Loïc

CR Soirée équipe : Ikebana / Center 7 du 12/01/2018

Ikebana1/Center7: 2+/2- Amers et à France


 

Il y a des rencontres comme çà qui te laissent un drôle de souvenir dans ta mémoire de cyprin doré. Non pas que le squash soit le centre de ta vie (non moi, clairement c’est plutôt l’équipe féminine russe de curling!), mais plutôt que pendant quelques heures, l’existence s’est montrée un tantinet agaçante, s’éloignant des euphories enivrées auxquelles Center7 s’était habituée depuis début novembre 2017. Et à l’heure du départ pour Ikebana, les circonstances se montraient déjà facheuses: « comment çà Philou, Loic a pris sa licence cette semaine? T’es sûr? Et il va jouer avec Center 3? Avec nous! Oh merde… ». C’est donc dans un esprit timoré que nous débarquâmes légèrement en retard mais vraiment en avance par rapport à nos prédictions  au Mercure d’Ikébana. Conséquence de ce quiproquo: une partie des locaux n’était pas encore arrivée, personne ne savait vraiment contre qui elle allait jouer et Philou dut au final rapidement faire péter l’élastique du jogging bien émoustillé il est vrai par l’atmosphère très Michou du lieu, chaude muy caliente (normal en plein janvier) et… bleue-schtroumpf! 

 

Match des 1- Philou/VS/Sylvain

Notre captain est au dessus, c’est clair. Il s’applique dans les deux premiers 11/7, 11/5 avant de manquer de précision devant un adversaire enhardi par son début de jeu. Philou doit laisser la manche avant de recadenasser la serrure 11/7 dans le quatrième.1/0 certes, mais ce petit jeu concédé lui laissera un gout amer. 

 

Match des 4- Yoyo/VS/Oussama

Comment décrire cela? Allez je vais positiver: « Yoyo a fait de la merde » mais vu que dans le premier, Oussama était très proche de Jacob Delafon aussi, il a failli lui piquer un jeu. « Failli » car cela n’arrivera pas et le local a enchaîné: 10/12, 7/11, 8/11. 1/1  après un quasi-non match très bien résumé par notre Yoyo dans les coursives du Mercure par une déflagration gazeuse intestinale retentissante et marquant son désarroi. Et le notre désormais… 

 

Match des 2- Nico/VS/Bilel

Bon bah là ce fut l’inverse, j’ai carrément ébloui le soleil. Une formalité facilitée par mon talent intrinsèque et par mon aisance du soir. J’espère à ce titre que tous les Dieux m’ont regardé et qu’ils ont appris. 11/4, 11/5, 11/6 et encore j’avais un ongle incarné au niveau du genou droit. 2/1 pour nous mais une frustration pour je quand même: quand je vais à Ikebana c’est pour bouffer un kebab-frites grasses- sauce mayo-Coca, pas un menu avec une soupe, et un plat, et du pinard correct. Et les traditions bordel? Imaginons qu’un jour, on est plus France Gall? 

 

Match des 3- PhilippeM.Propre/VS/Sylvain

Le match de la gagne. Pour le résumer, je laisse la parole à notre acteur principal: « çà me gonfle! », lâché nerveusement au début du troisième.  Quoi? Philippe Bourgault est excédé. Comment? L’attitude rouscailleuse de l’hôte fait sortir Philippe de ses gonds et sa réussite est insolente: 9/11, 10/12, 3/11. 2/2. Et c’est rare de voir notre gentilhomme dans cet état-là!

 

Au final, rien de grave, une défaite au match nul et un petit point de glané tout de même à l’extérieur histoire de rester au contact de la tête de poule mais aussi de positiver avant le véritable drame: le retour officiel du Crabe Balbo, et là…, et là… « Ella, elle l’a »…

 

NG

CR Soirée équipe Center3 / Valence3 du 12/01/2018

Center 3 affrontait ce soir pour la dernière journée des matchs aller, Valence3, équipe annoncée comme l’un des ogres de notre poule.

Mais pas le choix après la déconvenue face à center 7, l’objectif était clairement annoncé : 

IL NOUS FAUT DES HOMMES SUR LE TERRAIN ET DES POINTS A LA FIN!!!

Pour cela j’avais mis en place un recrutement en conséquence avec la bonne vieille stratégie :

TU ES DISPO? Ok TU JOUES😂

Ça a bien démarré avec Stéphane qui a bien su déjouer le jeu (in)jouable de Eddy en gagnant 3-0. Un steph en mode patron absolument pas déconcentré ni par l’extravagante chevelure blanchissante de son adversaire et ses coups « pourris » ni par les gamins de l’école de squash de flo sandevoir : à croire que Center 7 essayait de nous sortir de notre match en organisant une course de camion de bébé dans les ruelles du club… 

C’était en effet la soirée de « noël-épiphanie » de l’école de squash qui rencontre un vive succès grâce a la bonne humeur et au professionnalisme de Matthias et Florent, comme quoi les « rivaux » peuvent mettre en avant leur passion commune et obtenir un joli résultat.

Bref revenons à nos guerriers qui mènent 1/0👍

 

Notre loïc ( un 🇨🇭 un vrai j’y reviendrai plus tard) a eu bien du mal face à Tom. Sans doute le match le plus déséquilibré tant ce jeune a su étouffer les envies de rallyes de notre Number 1. 
3/0 net.
Loïc peut même dire Merci a Tom d’avoir lâché 2 pts dans le premier jeu sinon la tournée était pour lui…🤣
A croire que ses origines helvétiques  interdisaient à notre équipier de prendre une quelconque balle de volée : il a sans doute trop respecté le petit jeune en face de lui. 
A 1 partout serge et moi savions ce qu’il nous restait a faire.

DES POINTS ON A DIT!!😤😡

Alors pendant que Serge menait tranquillement 2/0 face à Kevin je m’échauffais « sérieusement » et motivais Bruno et cyril qui s’affrontaient dans  leur duel entre équipes de Center en R3. Ils en étaient à 2/2, il était donc temps de leur sortir la fameuse phrase tant entendue: 

« les gars un 5ème jeu Ça ne se joue pas ça se gagne!!😆 » 

Cette phrase me rattrapera un peu plus tard dans la soirée🤔.

 

En attendant Serge lâchait le 3ème jeu au bout du bout mais remportait tranquillement le 4ème pour une belle victoire méritée 3/1 .
Center 3 vire en tête.

MAIS ON VOUS L’A DÉJÀ DIT CENTER 3 AVAIT FAIM CE SOIR…

Il n’est que 22h15  et on est encore loin du bon repas préparé par Eric et Jp. C’est donc l’heure pour les couche-tard d’entrer sur le court. 
Matthias affronte Arnaud. Gros match avec notre albatros qui a su user de son envergure pour décontenancer Arnaud jusqu’à 2/2…le nul gagnant est acquis.
MAIS A CET INSTANT, LA FAMEUSE PHRASE M’EST REVENUE:   Ce 5 ème jeu j’ai pas envie de le jouer je VEUX LE GAGNER.
Bon, à 0 point à 3,  je pensais que les 2 points du nul gagnant c’est déjà pas mal pour ce soir surtout que center 7 allait rentrer d’ikebana avec un tout petit point dans la besace…
mais NON les ailes de mon oiseau ont retrouvé de l’air frais sur le court 6 pour courir et encore courir et enfin remporter ce 5ème jeu 11/9.

On pouvait exulter: victoire 3/1 de nos champions qui repassent devant center 7 (je crois🤔)! en cette fin de phase aller💪

Ça valait bien une tournée du capitaine!! 🎉

 

Matthias.