Archives

2021-2022 Center7-Crolles1

 

PUTAIN QUE C’EST BON !!!

 

Rendez-vous compte, notre dernier compte-rendu (ouhlala ça commence fort !) d’équipe date du 21 février 2020, match de R2 remporté par nul gagnant contre B2S…20 mois quasiment jour pour jour, presque 2 ans…

Ce n’est pas évident de reprendre la plume, l’inspiration en a pris un coup, je vais essayer de faire sobre.

 

Hier soir s’ouvrait donc la nouvelle saison 2021/2022 d’interclubs R2 de la ligue AURA. J’en profite d’ailleurs pour remercier chaleureusement, au nom de tous mes camarades, Alice et Serge qui œuvrent depuis tant d’années pour la ligue, JP et Eric qui nous accueillent et nous supportent au sens propre comme au figuré. Des gens qui vivent squash, qui respirent squash.

On remercie le bureau de l’ACS et particulièrement son président Serge qui rassemblent et font vivre l’association malgré les embuches.

On souhaite une excellente saison à toutes les équipes de Center, et on souhaite bonne chance à toutes celles que l’on va croiser sur les parquets, on va s’éclater c’est sûr !… hein ?! ah oui pardon, on va vous éclater c’est sûr !!

 

Ça fait du bien de rentrer dans un club et de revoir ces grandes tablées du vendredi soir. Trois rencontres avaient lieu hier soir.

Pour C7, réception de nos amis Crollois.

C7 qui, soit-dit en passant a bien failli devenir C3. Heureusement le cap veille au grain et c’est bien sous la bannière C7 que nous écumeront les clubs cette année.

Entre les blessés et les pestiférés, pas évident d’aligner une équipe quand même. Loïc décidait de lancer Seb en 1, Serge en 2, Philou en 3 et Nico en 4.

Je démarre en 3 contre Steph mon pote gaucher. Pas beaucoup d’illusions, je n’ai jamais réussi à me mettre au T, toujours hésitant et peu inspiré. Steph lui a parfaitement bien joué, il m’a littéralement marcher dessus, je prend un jeu mais je ne sais pas comment, Philou perd la rencontre 1/3.

Nico en 2 contre Mathieu. Si ça se trouve, la dernière fois qu’il a joué le Nico c’était à Lapalud, entre 2 pizzas. Mais pourtant il rentre bien dans la rencontre, posé, calme, lucide. Belle partie. Un trou d’air pour Nico dans le 4ième ou il prend un sévère 11/1. Nico est devant tout le long dans le 5ième, jusqu’à mener 9/5 pour finalement lâcher 6 points de suite et perdre 11/9. Nico perd la rencontre 2/3.

Seb contre Seb pour les 1, un classique. Notre Sebounet, sortant pourtant d’une contre perf aux 2ièmes séries AURA, n’a jamais été réellement inquiété. Il se replaçait bien, regardait bien la balle, jouait serein. Un petit coup de chaud dans le 3ième jeu qu’il emporte 12/10. Seb gagne la rencontre 3/0. Important pour l’issue finale.

Serge en 2, entrait dans le grand bain. Qui aurait dit il y a quelques années, que ce mec jouerait pour nous un jour alors qu’on s’est étrillé tant de fois par le passé ? Bienvenue mon gars, tu verras chez nous la soupe est chaude et la bière est fraîche.

Serge jouait Ludo pour ce match décisif, un autre gaucher avec une grande envergure. Un peu brouillon, mais malgré tout réaliste, Serge s’en sortait par une victoire 3/1, donnant donc les 2 points du nul gagnant à l’équipe. On cherche un surnom à donner au Sergio, un surnom qui lui irait bien, qui collerait bien au personnage. J’ai entendu plusieurs propositions, loufoques ou pas, entre autre un « la pucelle à C7 » qui a retenu mon attention…à voir et méditer.

Merci à nos supporters du soir (Boulie, Sandrine, Yo, Greg, Loïc…).

 

C’est sur fond de chili con carne et de cinay que nous terminions la soirée, augurant chez certains, soyons en sûrs, un lendemain aérofagique.

 

Vive C7, vive la R2, vive le squash !!

Philou

2019-2020 : Center 7H – B2S Echirolles 1H

En ce vendredi de fin février, il est temps de nous attaquer à une équipe invaincue depuis le début de saison, Echirolles 1. Pff ce n’est pas ça qui va nous faire peur et encore moins le capitaine qui se plonge dans les statistiques pour sortir sa meilleure équipe. La réflexion du capitaine ne fut pas si longue, si on enlève les blessés et les grassouillets il ne restait plus que 4 personnes :

Grand Seb qui a logiquement récupéré sa place de numéro 1

Phil avec ses 100% de victoire

Loïc svelte comme jamais avec son régime micro nutrition

Yo qui ne peut plus baisser ses statistiques de victoire.

Rencontre prévue comme toujours à 20h mais la rigueur sur la préparation d’avant match n’est plus ce que c’était. Terminé les arrivées 30 minutes avant pour faire des gammes et travailler les shots, nous n’avons plus besoin de ça. Les gestes ont tellement été répétés qu’on peut se permettre d’arriver pile à l’heure, d’enfiler un short et de monter directement sur le ring.

On sent tout de même que la semaine a été longue pour tout le monde. Seul notre capitaine a un métier cool qui lui permet de mater des poissons sucer des phallus.

Les mots du capitaine pour nous coacher sont simples : « Phil et Seb, vous gagnez, Yo et moi on perd »

Et c’est parti. Phil contre Hugo. On est confiant, Phil rentre ses nicks, s’autorise à laisser passer un jeu pour remporter le match 3 à 1.

Autour de Grand Seb de s’attaquer à plus grand que lui en taille, Guillaume. Les points sont serrés mais dans le 4ème jeu, Guillaume craque et c’est match gagné.

Le plan de Loïc est suivi à merveille. Au tour de notre capitaine de jouer Charly, un bon 3d. Loïc court bien, prend de belles initiatives, inquiète son adversaire, mais fini par s’incliner 3 jeux à 1.

Yo rentre en piste, n’a pas grand chose à perdre contre Eric à part une tournée s’il fait moins de point que Loïc. Yo joue bien, tente quelques coups à contre-temps mais cela ne suffira pas et il s’incline 3 jeux à 1.

C’est donc le nul avec le même nombre de jeux. Place aux calculettes. On compte, on recompte mais de 4 points nous perdons la rencontre. Mais soyons honnêtes, ce n’est pas ce décompte qui nous intéressait vraiment mais celui du « qui qui paye son coup ». On ressort les calculettes, on compte, on recompte, et contre tout attente, Loïc s’en sort miraculeusement et c’est Yo qui paie sa tournée de Ciney.

La soirée s’enchaîne par quelques nouvelles bières. On prend le temps de relire les 273 whats app, puis on s’attaque à un bœuf bourguignon légèrement elastico-indéchiquetable, mais le patron nous offre le digestif pour faire passer le tout. Merci Patron.

2019-2020 : Gières 1H – Center 7H

Gières, une équipe qui ose nous défier « chez eux » alors qu’ils n’ont même pas un club pour accueillir les légendaires de Center 7. Pétris de bienveillance, nous les accueillons à Team dans un club qui nous est finalement bien plus familier qu’à eux. Nombreux sont les C7 préhistoriques qui ont sué sang et eau sur ces cours.

A menu du premier match, Christophe Spinello versus votre serviteur. Je fais dans le sérieux dès le premier jeu 11/7, encore mieux dans le second 11/4 et je rentre au vestiaire prendre ma douche. C’est en trois jeux gagnants un match ? j’avais oublié. L’âge sans doute ou un alzheimer qui couve. Christophe, ce fourbe, profite de mon absence pour planter un 4/11. Il n’y a vraiment plus  de respect ma pov dame. Mes coéquipiers viennent me rechercher sous la douche et me passent une branlée. Quelques gifles plus tard, je remets le contact et finis le match avec un 11/2 dans le 4ème. Non mais ! 1/0 pour C7.

Les matchs des numéros 1 : Nico Gaude versus Flo. On demande des volontaires pour arbitrer. Un silence de mort s’abat sur Team. Chacun prie pour que la foudre l’épargne. Les plus faibles sanglotent déjà. Les deux crétins du match d’avant, eux, sont au bar en train de s’envoyer leur magnum de bibine bien méritée. Une surdité naissante ? Un penchant inavoué pour des pratiques masochistes ?  le fait est qu’ils s’y collent tous les deux à l’arbitrage de Nico/Flo.
Ça commence, les visages sont sérieux. Le Nico n’est pas là pour rigoler, c’est du sérieux le squash bordel ! Premier jeu de réglage, les deux joueurs vérifient que la tôle résonne bien à 440Hz. C’est Flo qui vise le mieux la tôle et donc Nico qui prend le premier jeu 9/11. Les deux arbitres, qui étaient en apnée depuis le début du jeu, respire un peu.
Flo joue mieux dans le second mais le Gaude est du type rapide. 9/11 dans le second jeu. Déjà 0 2 pour Gières, pas glop. Les deux arbitres ont la ficelle du string qui commence à se détendre. Si le match bascule nettement pour l’un ou l’autre, on devrait éviter le psychodrame. C’est moche de penser ça vu que c’est Flo qui est à la ramasse mais c’est mieux si on veut éviter les taches de sang sur le joli parquet.
Troisième jeu, Flo s’accroche, modifie son jeu avec des balles qui finissent bien au fond du cours et l’emporte 11/8. Quelques interférences à arbitrer mais c’est du tout venant. Sur le terrain, les visages se crispent … Laisser croire à l’adversaire qu’il domine et le ramener à la dure réalité, c’est ze spécialité de C7 : la devise : never give up !
Quatrième jeu, les deux joueurs se frottent de plus en plus que c’en est limite indécent. Les contestations se multiplient à mesure que le Nico sent le jeu lui échapper.  Flo prend le jeu 11/6. 2 partout et tout est possible. Les deux arbitres s’écartent rapidement à la sortie des joueurs pour éviter de se retrouver avec un manche de raquette planté dans le fion.
Retour sur le court pour le jeu décisif. Flo et Nico sont au coude à coude et se retrouvent à 10 partout. Flo sauve quatre balles de match.  Sur un service de Gaude, Flo retourne quasi plein centre et …. la lumière du court s’éteint ! Je l’ai toujours su, le dieu du Squash est avec Center 7. Je donne le bakchich convenus à la serveuse qui rallume et le jeu reprend. Flo prend enfin une première balle de match et transforme l’essai. Victoire ! Les larmes aux yeux, Nico et Flo se félicitent et bras dessus bras dessous s’en vont au bar prendre une bière. Ah non, merde, ça s’est dans les contes de fée genre « ils vécurent heureux et eurent plein de petits squasheux ». Dans la vraie vie, hé bé je crois que la bière , ce sera pour une prochaine fois … ou pas.

2 à 0 pour Center 7. La pression est maximum pour Philou qui affronte un individu bien connu de C7 et qui sévissait autrefois pour nous; je veux parler d’Arnaud Després. Philou est en manque de squash ce temps ci, manque de physique et manque de rythme. Arnaud est propre et domine. Philou s’arrache mais chaque point est gagné au prix d’un rallye. 7/11, 8/11, 9/11, encore un quatrième jeu et Philou pourra faire au moins un 10/10 et prendre un jeu. Mais il se fait tard et l’arbitre décide d’arrêter de match au troisième jeu. Ils ne sont pas fair play à Gières.

Et nous voilà donc au pied du mur. Le dernier match est décisif; soit Jeff gagne et on gagne Gières, soit Jeff perd et on fait nul perdant. Jeff nous rassure immédiatement. Il vient de se faire 5 sommets à plus de 8000m en 72H, un  compet d’escalade hier et il est en pleine forme. Il a juste un petit bobo genre pubalgie à la jambe droite mais, comme pour le bras, il ne se sert que de la gauche donc pas de problème. Il affronte Mikael Sicot. Bon, finalement, Jeff aurait aussi besoin un peu de la jambe droite pour se déplacer car il prend 3/11 dans le premier jeu. Dans le second, il prend 8/11 en comptant moins sur son super pouvoir de mobylette à trois poumons et plus sur des balles placées. Ça met le doute dans la tête de Mikael qui lâche le troisième jeu 11/8. Jeff s’arrache sur le quatrième jeu mais Mikael n’a aucune pitié pour les handicapés et achève le blessé 9/11.

Résultat : un nul perdant qui est finalement plutôt un bon résultat et c’est Philou qui rince pour son 0 – 3.

Et pour finir le premier repas à Team depuis fort fort longtemps et l’ère Jérôme. Je tue tout de suite le suspense : le cuistot a changé et le repas était excellent. L’ère lasagne-tartiflette-lasagne-tartifelette est, elle aussi, bel et bien terminée.

2019-2020 : Center 3H – Center 7H

Encore une fois, l’élève rencontre le maître et espère le dépasser…

Le derby entre C3 et C7 est un évènement qui est désormais inscrit dans
les faits les plus marquants du squash français de haut niveau. A tel
point que ça se bouscule au portillon pour faire partie de la fête.
Ainsi la tâche fut rude afin pour composer l’équipe qui allait être
alignée face aux morts de faim de C3 qui espèrent encore et toujours
nous détrôner sur le panthéon des victoires.

A 20 jours de l’évènement, c’est donc Florent, Loïc, Yoyo et Phil qui
sont sélectionnés en raison de leurs résultats actuels, les autres ne
pratiquant, outre un sport s’approchant accessoirement du squash,
quasiment que de la merde !

Mais la merde n’étant pas toujours là où on le croit, cette composition
allait être toute chamboulée… A cause d’une erreur monumentale de la
fédération dans le classement qui fit croire à Flo qu’il était bon et
pouvait être un jour 3ème série. A cause d’un tournoi chez nos voisins
du Break qui fit croire que d’autres pouvaient y aller et le gagner…

Flo fit donc de la merde, mais dans son calbute, en découvrant qu’il
était désormais n° 1 et bien incapable de tenir son rang et se
décommanda… Une excuse sortie de nulle part (un anniversaire, une
femme, des gosses, on ne sait plus trop), c’était de toute évidence trop
difficile pour lui d’assumer son nouveau rôle.
Yo se crut indispensable au Break et décida que son revers léché serait
plus utile là-bas que face à nos adversaires du soir.

Il fallut donc trouver une parade. Nico, toujours dispo et frais comme
un gréviste de la SNCF, se proposa de remplacer l’un ou l’autre et Seb
promit de faire 90% d’effort, dixit sa patronne, pour être là
également… avant de s’inscrire lui aussi au Break…

La décision devait donc être tranchée de façon autoritaire et tout le
monde fut convoqué à se présenter le soir du match avec ses affaires
pour décider au shifoumi qui jouerai et qui ne jouerai pas ! Après
d’âpres discussion, Nico essayant à son tour de se défiler, c’est
finalement Yo qui se cala au bar, laissant sa place à Seb et Nico.
L’équipe était enfin connue, Seb, Loïc, Nico et Phil.

Le reste est bien anecdotique :
Phil commença contre Manu. Problème de vision, de rythme, de souffle, M.
Propre n’était pas si propre que ça. Après avoir perdu le 1er jeu, il se
mit enfin à jouer et l’emporte 3-1 (8-11 / 11-4 / 11-7 / 11-8).
Seb, voulant effacer sa dernière déroute pris le dessus sur un Serge
bien pâlichon et lui infligea une cinglante défaite 3-0 (11-2 / 11-4 /
11-8).
Loïc, en capitaine aimant et dévoué à ses hommes, décida de se sacrifier
pour rincer l’équipe et laissa Hervé l’emporter tant ça lui faisait
plaisir. Il s’incline 3-0 (11-9 / 11-8 / 11-7).
Nico enfin, fatigué, en méforme et déçu d’avoir pris la place du Yo qui
en était lui, à sa 5ème Ciney avec le Philou, tous deux à raconter des
conneries plus grosses qu’eux et essayer de savoir comment allait se
passer les vétérans et surtout où ils allaient bien pouvoir dormir, dut
s’appliquer et se concentrer jusqu’au bout pour venir à bout justement
du Martin qui ne lâchait rien. Il l’emporte finalement 3-1 (11-6 / 6-11
/ 12-10 / 12-10).

C3 perd donc encore le derby, mais sont-ils en mesure de le remporter ?
Bien sûr que non. D’ailleurs de là où ils sont, leurs prochains derby
sera certainement contre la team Ephad !
Une tournée, une bavette, des tomates cerises en janvier (non mais c’est
un scandale !), une reine tiré par deux rois (ça va Philou, pas trop mal
au c… ?) et tout ce petit monde est reparti, fier d’avoir accompli ce
qu’il avait à accomplir et prêt, pour une partie, à aller faire de la
merde au Break le lendemain…

2019-2020 : Center 7H – Annecy 4H

J6- Réception d’Annecy 4, le 20 décembre 2019: 2-2 gagnant

Regard noir, pecs bombés et couilles gonflées à plein, aujourd’hui c’est jour de testo pour Captain Balbo, et çà va chier dans le ventilo! Car 2 semaines après le baroque déplacement à la maison contre Crolles1 et une victoire au match nul tout aussi confuse, le Boss a tranché: les 4 gars qui ne savent ni lire un classement national dans l’ordre (alors qu’ils ont tous des « smartphone » connectés dernière génération! je me marre!), ni écrire un compte-rendu en un français correct (alors qu’ils sont tous passés entre les mains bienveillantes des hussards noirs de la République! je me meurs!), sont jetés au placard pour une soirée. La sentence est lourde pour les membres de C7 car synonyme d’une diète sportive âpre et douloureuse: pas de bières célébrant les matches, pas de vin accompagnant le repas, pas de digeos fluidifiant l’ensemble et préparant une nuit heureuse à roter. Non rien de tout çà, qui plus est à l’aube de Noël et du Nouvel An, quand le foi DOIT être entraîné, question d’éthique sanitaire! « Dura Loïc sed Loïc ».

Pour le 20/12 et la réception d’Annecy4, le Dictateur élu veut du lourd, du carré, du sûr, et aussi comme d’hab … du dispo et du pas blessé. Flo et Philou sont logiquement relégués derrière la vitre et donc plus près du comptoir (d’où la question de la soirée: étaient-ils vraiment souffrants?), tandis que Yo, Jeff, Grand Seb et le feu Prince of T sont simplement bannis. Mais seulement momentanément parce qu’on en aura certainement besoin plus tard! Ne serait-ce que pour servir durant un déménagement…

En 4, le captain envoie the revenant Titi la Bouy’ pour son premier et dernier match de l’année se coltiner Kévin Passalacqua, faux 5B. Sur le papier, çà sent le sapin. Sur le parquet… aussi, d’autant qu’en perdant le premier jeu au tie break on se dit que le seul espoir est passé. Et puis la magie de Noël opèra. Mené 2 jeux à rien, la Bouy’ allonge et ses balles placées viennent lécher les murs. Le physique tient et il remonte à 2-2 avant que logiquement le visiteur ne finisse par remettre du gaz et reclaquer quelques fessées finales. Défaite certes mais défaite avec les honneurs. 0/1

Et puis, IL se lance lui-même en 1 comme pour narguer dans son ultime souffle de 2019 ce récent et funeste destin squashique. Il affronte une nouvelle fois en moins de 15 jours le revers le plus atypique de la poule, celui de Seb Singh, expérimenté 3D. Et ce soir, tout tient: la tête, malgré la perte du premier 10/12; le physique, il empoche les 2 jeux suivants plus sèchement; l’envie, il offre le quatrième pour jouer plus longtemps; les nerfs, pour sortir le bon coup gagnant à 10/9 alors que Seb remonte dans le dernier. Les rois mages peuvent saluer leur prophète. 1/1

Pour une fois, il peut regarder son subalterne l’œil fier comme pour lui dire: « tu vois Nico, je n’ai pas gagné, non, j’ai juste triomphé et toi aussi, si tu places simultanément à leur paroxysme l’abnégation, l’humilité et le talent que tu as en toi, exactement comme j’ai pu le faire à l’instant, alors peut-être, tu pourras espérer mais çà sera dur. Eriiiiiiiic! Deux Ciney s’te plait! Ouais pour moi … pour une fois ». Au final et sur ces remarques judicieuses, le match des 2 ressemble un peu au … match des 4. Nico perd rapidement les 2 premiers avant de mettre davantage d’intensité et de mouvements, bref de réflexion. Il recolle à 2 partout mais la justesse des dernières frappes sèches d’Alex Mosca, vrai 4B, offre le point à Annecy et les boules au local. 1/2

Comme souvent cette année et dans cette poule, tout se joue donc dans la dernière rencontre et après 22 heures 30. Captain Balbwin a placé en 4 « M. Propre à 100% de victoires en 2019 » pour affronter le tentaculaire Khaled Hafid, vrai 4D. Gêné par l’heure tardive, par la taille de son adversaire (enviée par Gheorghe Muresan lui-même) et par les conseils trop précis de son captain du type « tu dois gagner! », Philippe galère pour se mettre en route et cède le premier 11/13 avant de régler seul la mire et de conclure sans embûche par un cinglant 11 à cherche. Ding dong, la messe est dite. 2/2

Et nouveau match nul gagnant (au nombre de jeux 10 à 9). Titi la Bouy’ pour la tournée légale et mentale (bah oui, il était trop heureux de nous revoir!) et lasagnes pour la route vers 2020.

Nico

2019-2020 : Center 7H – Crolles 1H

Ô mon Capitaine

 Ô Capitaine, mon Capitaine,
Comme vous êtes fort et beau !!
Et puis intelligent de surcroît !!
Et comme vous me paraissez droit et valeureux !!

Courageux et talentueux !!

Vous n’avez d’égale que Zeus… ou Macron !!

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan. Point du tout, malheureux. Boutaaaaaaaaaaaaaaaaaaade !

C’est une belle buse, voire une belle bouse, dont l’odeur alléchée n’a d’égale qu’une morue séchée depuis une paire de décennies.
Un capitaine qui nous a bien failli nous faire perdre la rencontre, sans même poser UN pied sur les parquets.
Un capitaine dont le faible professionnalisme, le trop plein de confiance et l’égo (démesuré ??!!) l’ont amené à donner une liste « ordonnée » de Top joueurs… trop floue.

Mais qu’à cela ne tienne. La sanction, décidée collégialement, allait nous consoler : Et nous nous mirent à chantonner à tue-tête : la tournée, la tournée, la tournée… Une double tournée, même… durant bien 15 bonnes minutes ! « JP, Eric, c’est la Bal-bouse qui rince ce soir !!! Mets nous une girafe à chacun stp ! »

Mais quel rapport me direz vous? C’est à n’y rien comprendre. Pourquoi le fier Capitaine de C7 aurait-il besoin d’abreuver ses propres champions d’un soir? Des champions d’une équipe qu’il avait minutieusement concoctée… Aucun rapport!!! Enfin si, un. Mais je ne puis m’exprimer sur ce sujet, tant j’en ai encore les larmes aux yeux…

 

Le reste n’a que peu d’intérêts.
Ah si, les scores.
Donc, pour rappel, depuis le temps que je patiente dans cette chambre noire (merci Francis, mais stop !), nous jouions en ce beau vendredi du mois de décembre, le 20 précisément, contre nos amis Crollois.

M. Comes jouait M. Gironnet : défaite (comme à son habitude ?) 1-3

M. Le Gall jouait M. Lasserre : victoire (comme à son habitude ?) 3-0

M. Sandevoir jouait M. Chanut : défaite (comme à son habitude ?) 1-3

M. Guillemin jouait M. Lepley : victoire (pas comme d’habitude…) 3-1

Nul gagnant donc !!! Et un grand merci à nos adversaires du soir pour leur générosité, leur fair play et leur Amour (j’en fais trop là) !!!

 

Nous ne pourrions terminer ce récit sans avoir un petit mot pour notre capitaine adoré, qui, malgré ses errances, nous a permis d’avoir la glotte noyée !

Donc merci ô toi mon Capitaine. Mille mercis ô mon Capitaine, pour ton dévouement et ton sérieux, à faire en sorte que l’organisation de ces rencontres soit si magique.

Tu es au top !!! On t’aime !!!

 

Les 4 mousquetaires

2019-2020 : Center 7H – B2S Echirolles 2H

J4- Réception d’Echirolles 2, le 22 novembre 2019: 2-2 perdant

 

  « Tu vois petit, le plus important dans ce sport, c’est pas les 3 points, non, c’est l’équipe. C’est pour le collectif que tu dois trouver, appliquer, ressentir, vivre le respect du dépassement de soi… y compris quand ton coéquipier est une guenille, un charlot, un looser, un mec de Center 7. Tu dois le respecter! Pourquoi? Car le type à un moment donné, il a tout donné pour le team: du temps, paceque son slob flirte plus souvent avec son short que son pyjama; de la thune, pacequ’ avec toutes les tournées payées, pas sûr que le Scénic soit bien monté en pneu neige cet hiver; du sensitivo-social, paceque  supporter les caractères braillards des Autres, c’est usant.

Tu comprends petit, c’est une question de symbiose, de volupté collective, de nirvana émotionnel partageable, de petits oiseaux qui roucoulent dans nos têtes nous chantant le bien être de soutenir, d’encourager le camarade, le compagnon, le frère qui parfois se larmoie dans une détresse passagère, un service out, une bière trop tiède, un litchi isolé au grand air et toi tu réconfortes, tu calmes, tu apaises! »

 

Et blablabla futile de mon cul … je vois surtout qu’il a manqué 4 points par baltringue ce soir là!!!! « Tu vois petit, ce que vient d’asséner le narrateur vulgaire à l’instant, vraisemblablement un membre éminent et posé de Center 7 et ben, … c’est vrai! »

 

Bizarrement, ce vendredi, les 1 se lancent en premiers: Grand Seb/vs/Baptiste Amar. Défaite 1/3. Mis à part le troisième jeu qu’il prend grâce au retour de quelques fulgurances badmintoniennes, sur les 3 autres il n’y a, outre l’échirollois, quasi personne et Grand Seb s’éteint 5, 3 et 2. 10 points en 3 jeux! Et çà ose faire son barbot pour ne pas payer une tournée!

Les 4 enchaînent: Philippe M. Pas Net/vs/Stéph Déléglise. Victoire 3/0. Mais que ce fut laborieux malgré un schéma assez limpide à analyser pour le public, « service-retour-tôle », et sa variante « service-tôle ». Cà sent les papillottes Révillon à la cantoche!

Les 2 suivent: Balboose/vs/ Garnier. Les classements, les motivations et les profils semblent profondément les séparer d’autant que notre captain s’enlise dans une spirale négative qui tend vers le bas abyssal. Mais il tient le premier et le dernier jeu s’effondrant seulement dans le money time. Dommage, car il l’avait dans la raquette ce jeu… mais dans la tête? Tant mieux, c’est lui qui casque pour la tournée.

Les 3 scellent logiquement la rencontre: Nico/vs/Nico, Guérinot/vs/Auffret. Tout se joue là. Tout compte. Le local sent qu’il a le dessus mais psychotant pour gagner 3/0, il laisse filer le deuxième et de nombreux points. Victoire 3/1 certes mais…

 

Défaite au match nul: 2-2, 7 jeux partout, -12 points, moins de 4 points par tête!!!! Rien, une ficelle de string dans l’entre-fesses de Jennifer Lopez! Fais suer. Heureusement le bœuf bourguignon de JP et la sobriété de Philou officiellement reconnue par les hommes de la maréchaussée ont allégé la nuit. 

 

Nico

2019-2020 : B2S Echirolles 1H – Center 7H

 

RIDICULE(S)

Messeigneurs Comes et Balbo arrivent les premiers vers 19h30 dans un club bondé de monde… Ce soir c’est tournoi en pays ennemis : 2 équipes des locaux accueillent C3 et C7 et leur 3ème équipe accueille Time. Des aficionados, des touristes, des piques assiettes ou encore Yoyo et Boulie sont également présents, éparpillés entre le bar, les couloirs, les douches et les courts.
Nos deux seigneurs, convaincus de leurs chances de remporter leurs matchs respectifs, évoquent tout d’abord leurs excuses pour leurs défaites à venir (debout à 4 heures toute la semaine, rando montagne tous les jours, techniques en bois, burgers et autres mets légers encore présents dans l’estomac, bières non évacuées et autres tendinites ou fatigues inventées) puis passent enfin à la stratégie : laisser leurs 2 partenaires gagner leurs matchs 2-0 en se contentant de prendre le plus de points possibles… Pas impossible ! Ils sont d’ailleurs venus plus tôt pour pouvoir s’échauffer.
Ils sont donc rejoints à la chauffe par Lord Le Gall qui s’est bien remis d’un autre tournoi mardi soir, tournoi qui s’est joué au levé de coudes. Mais ceci est une autre histoire !
Lady Sandevoir n’arrivera, quant à elle, qu’un peu plus tard !
Les locaux, non contents d’être les favoris de la reine, demanderont à décaler les matchs, leur 4ème joueur n’étant pas encore là. Bons princes, nous acceptons, sans avoir mis un peu le doute à leur capitaine, feignant n’être pas très très sympas !!!

C’est donc par les 2, FENET – BALBO que les affrontements commencent… Et affrontement il n’y eu pas. Après avoir coupé la corde de sa raquette de manière plus ou moins volontaire, Balbo arracha le grip de sa raquette de remplacement qui fut remplacée par sa 3ème raquette de remplacement avec laquelle il n’a jamais joué et qu’il n’a donc jamais apprivoisée… Une excuse non évoquée plus haut d’ailleurs… En retard, la raquette de travers, des choix aléatoires et 8 fautes directes par jeu plus tard, il ne prit que 13 points à son adversaire… Mission moyennement réussie. 6-11 2-11 5-11. RIDICULE…

On reprend l’ordre normal, l’adversaire de Sieur Comes étant enfin arrivé. BOUABDELI – COMES, un match uniquement axé sur des techniques irréprochables et des physiques, enfin surtout un, infatigables… Pas de fioritures concernant la tactique ou le placement chez eux, tout est axé sur la beauté du geste. Seigneur COMES joue un peu mieux que son capitaine si on fait un effort pour comparer leurs jeux. Après 2 jeux il n’a mis que 2 points de plus, mais un formidable sursaut dans le 3ème le fait espérer quand il prend 3 points de suite, chose jamais arrivée… Mais les travers de porc revenus, il s’incline lui également en 3 jeux. 6-11 4-11 9-11. RIDICULE…

Le plan se déroule donc comme prévu, à quelques détails près, avant l’entrée en lice de Monseigneur LE GALL. Opposé au père NOEL, il est contraint de sortir le grand jeu. Il est bien physiquement, toujours le geste ultra scolaire et précis, l’oeil vif et le pas léger. Il déroule le premier dans de longs échanges qu’il remporte. Bien qu’il laisse le 2ème à son adversaire, il l’use physiquement dans le 3ème avant de l’éclater définitivement dans le 4ème. Mais il a laissé passer un jeu et notre chance de l’emporter au nul avec ! Pour ça il aurait du payer une tournée ! 11-8 8-11 13-11 11-3. PAS RIDICULE…

Lady SANDEVOIR, jeune BF1 qui a su remonter, encourager et conseiller ses 3 partenaires lors de leurs matchs respectifs entre en piste. Il sait ce qu’il doit faire, il est fin et aiguisé comme un gardon, il ne peut que l’emporter face à CAILLAT Jason STATHAM… A 0-7 dans le premier, les paris fusent parmi les spectateurs, fanny ou pas fanny ? Il dut les entendre et se réveilla… 37 secondes… A la fin du 2ème jeu, il se situe exactement entre les résultats de ses 2 compères défaits ! Nous comprîmes qu’il était incapable de tenir son rang et de lutter contre un adversaire que même son fils aurait battu… Nous commandâmes quelques bières, prîmes nos douches et c’est avec surprise que nous conSTATHAM qu’il avait finalement remporté le 3ème jeu ! Peine perdue, le dernier fût une pale copie du premier : 4-11 5-11 11-8 4-11. RIDICULE…

Tournée payée par le capitaine, le plus RIDICULE des 3, et c’est peu de le dire.
Quelques échanges très amicaux autour du repas, sans moquerie, charriage ou foutage de gueule et nous nous promirent de faire mieux la prochaine fois… ou pas ! Ce n’est qu’une fois rentrée que nous re-conSTATHAM qu’aucun de nous n’avait pris de photo de l’équipe pourtant demandée à plusieurs reprises sur le WhatsApp !!! Nos excuses à nos partenaires absents pour cela, là aussi on fera mieux la prochaine fois.

Lolo lol

2019-2020 : Center 7H – Gières 1H

C’est un roc, c’est un pic, c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap…c’est une péninsule !


 

La moustache hirsute surplombe un gazon mal tondu dur comme du crin. La roufaille aux reflets poivre et sel, dont on a du mal à trouver une organisation logique, s’amoncèle au sommet du crâne et recouvre le tout façon mangrove. Au milieu de ce décors post-apocalyptique, on devine les yeux, le nez, les oreilles et la bouche.

Un Nico new look pour cette saison, charge à chacun d’y trouver sa référence : le Gainsbarre de Gainsbourg? L’inspecteur Pujol des fameuses brigades du tigre? L’un des 4 frères Jacques (célèbre quatuor des années 50)? Ou encore Glenn, le sulfureux blouson noir des Village People?

Mais qu’importe, les longueurs sont excellentes, les services lèchent les murs, les lobs retombent sur la vitre arrière comme des bouses, les cassés du poignet trouvent le contre-pied tout comme les double murs inversés. Nico nous rend une clean sheet remportant tranquillement 3/0 son match contre Mika (11/6-11/5-11/7), donnant la victoire finale à C7 contre Gières par 3/1.

Bien pour débuter la saison, 3 points et pas de blessés.

La C7 compte 2 nouveaux cinquantenaires dans ses rangs, à savoir Jeff et Yo. Ce qui fait flipper dans cette équipe, c’est que quand les derniers basculeront dans la cinquantaine à leur tour, certains tutoieront les 70 ans…mon dieu !!!

Alors n’attendons plus, mettons des chiches, rentrons des nicks, claquons des parallèles !!!

Phil, Philou et Yo l’ont bien compris et n’ont pas joué les danseuses de salon. Phil croqua littéralement Laurent 11/7-11/3-11/2, du 100% Bourgault dans le texte. Philou, solide dans la tête et dans les jambes, démantibula Arnaud 3×11/6. Quand à Yo, qui avait compris l’inverse, il se fit déchenillé par Christophe (7/9/8). Mais toujours respectueux du règlement, il s’acquitta de sa dime en offrant sa tournée.

 

Diots, patates, fromage.

2020, nous voilà !

 

Philou

2018-2019 : Center 3H – Center 7H

J13- Vendredi 10 mai 2019- Déplacement à Center 3: « L’aumône »
 
 
Ça y est, nous y sommes, c’est le dernier match de la saison 2018/2019 pour Center 7. En jeu, une place en play off en cas de victoire sèche. En face, le faux frère ennemi englué dans le juste correct, le passable, le médiocre de la poule… auquel certes il est habitué. Le dilemme de la bien-pensance François Valéryenne s’excite alors dans nos têtes: penser à soi et atteindre une nouvelle fois le niveau qui est le nôtre, c’est à dire au dessus, niveau Nirvana, ou prendre soin de l’Autre et lui offrir un court instant de joie.  Après une rapide réflexion nocturne de 20H10 à 23H16, la décision est prise à l’unanimité des cœurs: « aimons nous vivants! » et aidons notre prochain… En plus pour les play off du mois de juin, tous nos emplois du temps sont bookés alors…
 
En 4, Jeff se frotte à Matthias. Le match est serré, les joueurs galopants de ci de là sur un parquet de 9.75m sur 6.4m, un bras chacun armé d’une raquette oblongue permettant de s’échanger alternativement une sphère noire et molle. De là à écrire que ce fut du squash… il reste des points de suspension que je ne pourrai sauter! Et au jeu du « je te donne un point », c’est la Foi du pitt bull qui fait redescendre sur terre l’albatros 3 jeux à 2. 
 
Les 1 prennent le relais, Flo VS Sergio. Notre grand semble maîtriser la rencontre malgré un premier jeu offert. Son Espérance se concrétise rapidement et il s’échappe pour mener 2 jeux à 1 et balle de match dans le quatrième avant … une fin de saison abrupte! Tout s’enchaîne inéluctablement mais avec le sourire… embarrassé: une défaite amère 2/3, un open National de fin de saison à 0 victoire et une raquette fracassée par le fiston s’entraînant au golf sur le court numéro 2. 
 
A 1 partout, les 2 s’engagent à leur tour: Nico est opposé à Hervé. La rencontre est à sens unique et sans surprise, le local plus en jambes et plus au squash cette saison, me fracasse logiquement 11/5, 13/11, 11/4. La Miséricorde peut s’installer à table, mais avec une bière, et attendre la Charité finale.
 
Celle-ci se fait légèrement attendre. En effet, pour les 3, Philippe se coltine Robert dans un nouveau match en 5. Philippe distribue y compris dans la tôle, tandis que Robert vérifie la perpendicularité des 4 angles du court. Et c’est au bout d’une quatre-vingt-quatorzième vérification qu’il doit admettre la normalité du terrain et la victoire de l’expérience.
 
Match nul perdant au nombre de jeux donc (le 4ème sur 12 rencontres cette saison!) mais au gout du triomphe de la Bienveillance car offrant un peu de réconfort à des vies ternes en mal d’éclats. Dans cette orgie d’humanité et alors que Nico allait payer sa tournée pour résultat le moins bon, c’est M. 100% de victoires propres qui sortira sa CB, nouvelle preuve de la thématique de la soirée! 
 
Au final, C7 termine tranquillement 3ème de sa poule tandis que son Captain Balbo affiche quant à lui les statistiques les plus pourries de son équipe! Justement, il paiera son coup le 7 juin  2019, lors de l’AG de clôture de Center 7, the Tamaloù-G‘bobolà Team. Bonnes vacances et bon repos.
 
Nico