They just did it ! Center 2 jouera en N3 la saison prochaine !!!

Center2_PlayoffsILS L’ONT FAIT!!!!
5 années que l’espoir de jouer ces fameux playoffs de R1 habitait cette équipe de Center 2!
On ne compte plus ceux qui ont essayé…: JP, Eric, Ephrem, Marco, Raph, Alex, Jérémy, Manu, Victor, Nacho… la liste est longue tout comme les faits d’armes mémorables comme par exemple la 1ère place perdue face à Veigy Foncenex à 1 jeu prêt à la fin de la saison 2011/2012…

Après une saison solide sans aucune défaite, le ticket pour Toulouse fut validé pour la première fois et chacun sait a quel point cette montée à été le parcours du combattant.
Sans Alex, absent pour la plus belle raison du monde (il va être papa pour la première fois) et plusieurs autres facteurs que nous tairons (clin d’oeil au capitaine Manu), les scénarios possibles pour arriver à Toulouse furent nombreux!

Nous partîmes donc vendredi à 4h30 du matin et le stress est immédiat:
– Victor a la jambe qui tremble sans arrêt
– Manu part sans veste ni blouson pour un week end pluvieux
– Ephrem rate la sortie Toulouse et tire sur Barcelone
– La fenêtre de la voiture reste ouverte sous la pluie une fois garée au club
– J’ai des douleurs à la con dans les jambes typiques de la veille de ces rendez-vous…

BREF,

1ère rencontre: Center 2 / St Orens, un club de la région toulousaine.
Ephrem entre sur le court et gagne 3/1 en jouant avec le frein à main serré…
Victor se prend 11/2 d’entrée et il lui faudra au total 16 points joués avant de pouvoir effectuer son premier coup gagnant! Il gagne 3/2 en sauvant 2 balles de match!
Manu et moi sécurisons nos matchs pour l’emporter 4/0 et nous qualifier pour les quarts!

Tout roule donc, le vendredi soir se passe dans la joie, la France bat la Roumanie 2/1 pendant que nous festoyons dans un resto local…

Samedi 13h – Center 2 / Constellation

Nous sommes à un match de la montée et l’angoisse est terrible.
Je passe complètement à travers mon match, le cardio dans le rouge au bout de 3 points, mon adversaire court partout et le court très chaud ne me permet pas de finir mes attaques… Défaite 3/1
Victor nous ramène à égalité, écartant les doutes de la veille à force de grosses mines en fond de court. Son adversaire ne voit rien.
Arrive ensuite un match épique entre Nacho et Cameron Douglas (ancien 6 français), vétéran de 55ans.
Grosse panique dans le 2ème car Nacho se fait mal à la cheville et doit lutter tout le match contre un adversaire blessé lui aussi.
Le match est épique et je suis confronté à une terrible décision d’arbitrage digne d’un Power/Palmer à la grande époque… Nacho gagne 3/2
Il ne nous reste donc plus qu’un jeu à marquer avant la montée et Manu entre sur le court tendu lui aussi…
Il ne pourra malheureusement pas concretiser face à un adversaire qui, à l’image du mien, cours partout sur ce satané court toulousain qui rebondit!
Nous perdons 2/2 à 1 jeu des demi-finales… La panique!!!

Samedi 17h – Center 2 / TOAC (le club organisateur)

A peine le temps de digérer la défaite qu’il faut retourner sur le court face à une équipe qui a tout son club derrière pour la supporter.
Mon 1er match est simple, ils sont 20 dehors à hurler sur chacune de mes fautes ou points de mon adversaire…
Ayant retrouvé la confiance et mon toucher en fond de cours, j’expédie la rencontre en 3 jeux pour gommer mes conneries du match précédent.
Victor déroule ensuite face à un adversaire de très bon niveau mais rien n’y fait… à chaque jeu, il s’échappe à partir de 5/5 et gagne 3/0!
Cette fois-ci, le scénario est différent, nous menons solidement 2/0 et 6/0 en jeux alors nous avons deux matchs pour mettre un jeu et empocher ce ticket pour la N3…
Il ne faudra pas plus d’une tentative à Nacho pour assurer la finition, 5/6 6/7 8/8 9/9, il s’impose dès la fin du premier jeu sur une tôle de son adversaire.

Les larmes de joies coulent, les cris résonnent, et la bière ne tardera pas à couler non plus…
Le feeling est magique, et il l’est encore au moment où je vous écris (j’en ai les larmes aux yeux).

Une bise à tous, une vidéo de notre week end suivra bientôt.

Raph

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.